• Actualités
  • International
  • Témoignages
Publié le

Stefan Seiler nous parle des ambitions de CESI pour l’international

Depuis ton arrivée, comment as-tu développé l’offre internationale chez CESI ?

Depuis quelques mois, l’offre du Programme international a été structurée, en accord avec la direction des études et la direction marketing et communication, afin de lui faire gagner en en visibilité. De nouveaux produits innovants ont été créés : une formation d’ingénieurs sous statut étudiant en anglais, une Summer School sur le thème de l’éco-construction, entièrement en langue anglaise, etc. De plus, nous avons renforcé la communication auprès des ambassades et du réseau Campus France.

Enfin, nous organisons des Journées portes ouvertes dédiées afin de présenter CESI aux étudiants internationaux.

Cette année de travail collaboratif a porté ses fruits car de nouveaux partenariats d’échange et des doubles-diplômes ont été mis en place. De plus, les parties prenantes tels que le Ministère, Campus France ou les ambassades identifient plus facilement CESI comme un acteur clé dans la coopération internationale. Les indicateurs nous montrent que nous sommes bien partis pour atteindre, je l’espère, environ 20% d’étudiants internationaux d’ici 2027.  

Comment souhaites-tu mettre en valeur l’international à CESI ?

Mon objectif est de placer CESI dans le réseau de coopération universitaire internationale. Nous devons être d’autant plus visibles auprès des ambassadeurs et des ministères, car j’aspire à ce que CESI ait une présence dans le domaine institutionnel.

Mon objectif est également de travailler avec toutes les parties prenantes de CESI : les chercheurs pour favoriser les projets de recherche européens et internationaux, les salariés de l’école afin qu’ils partent à l’étranger en mobilité d’enseignement et du personnel et que nous accueillions à notre tour des professeurs internationaux etc. Je souhaite collaborer avec les enseignants afin qu’ils créent des projets et qu’ils travaillent avec des partenaires internationaux au sein de leurs formations.

Quelles actions sont mises en place pour attirer des étudiants issus de différents continents ?

Afin de réussir à attirer ces étudiants, nous allons participer à des salons de recrutement, des journées portes ouvertes et des webinaires. Nous allons aussi valoriser les atouts de CESI : les laboratoires de recherche, les plateformes technologiques, les 25 campus, les dispositifs d’accueil existants etc. On peut constater que CESI a toutes les qualités pour attirer des étudiants internationaux.

Selon moi, CESI a tout pour réussir dans la coopération internationale et le recrutement d’étudiants issus d’autres pays. Nos 25 campus sont prêts à les accueillir, selon leur appétence à un domaine. A CESI, il y a aussi une diversité des programmes qui sont adaptés à chaque étudiant et qui permettent une mobilité des élèves. Nos équipes à la direction des programmes internationaux et sur les campus garantissent également un accueil de qualité et veillent à une bonne intégration des étudiants étrangers. Ainsi, ils ont toutes les chances de réussir à CESI.

Y’a-t -il des partenariats qui sont en cours de développement ?

Nous avons des doubles diplômes en cours de construction avec des écoles situées en Argentine (UNNOBA), en Finlande (TUAS) et en Écosse (Abertay/Wrexham). Nous sommes aussi en phase de réaliser une mobilité encadrée avec Brown University. Nous signons actuellement des partenariats avec des destinations et des universités basées en Chine, en Inde, en Italie ou encore en Amérique du Sud. Il faut aussi souligner que de plus en plus d’étudiants nous réclament de nouvelles destinations : l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Scandinavie.

En Amérique Latine, la Colombie, l’Argentine et le Brésil sont des pays que les étudiants identifient comme lieux d’accueils potentiels pendant leur mobilité internationale. Les États-Unis et le Canada restent des destinations phares que les élèves souhaitent découvrir. Pour sélectionner leur destination, les étudiants se basent sur le domaine de prédilection du pays en question. Par exemple, si un étudiant est intéressé par le développement et l’énergie durable, il sera plus enclin à aller étudier en Scandinavie, qui est un pilier sur ce sujet. Nous veillons, à chaque fois que nous concluons un nouveau partenariat, sur la qualité du partenaire (et, de plus en plus, aussi son classement). Ainsi nos élèves pourront partir en toute confiance en mobilité.

A long terme, quelles sont tes ambitions à CESI ?

Je souhaite maintenir et renouveler les liens avec les partenaires historiques tels que ETS et UQAM, les institutions et, bien sûr, nos élèves. Dès maintenant et d’ci 2027, nous avons pour objectif d’augmenter le pourcentage d’étudiants internationaux à CESI. Je désire aussi que notre école d’ingénieurs soit reconnue pour la qualité de l’accueil des étudiants internationaux et s’inscrit pleinement dans le cadre de la stratégie d’attractivité « Bienvenue en France » du ministère des Affaires étrangères et européennes.

Enfin, nous avons une volonté de développer une offre internationale à destination des entreprises. Tous ces projets seront réalisés sur la durée, en mobilisant régulièrement toutes les parties prenantes de CESI. Les actions que nous mettrons en place (des programmes dédiés, des projets de recherche, une Summer school, les palmarès) vont nous aider à atteindre nos objectifs internationaux ! Et je sais compter sur le dynamisme des toutes les équipes CESI que je tiens à remercier chaleureusement.  

CESI est prêt pour être un acteur majeur de la coopération et l’attractivité internationale et du bon accueil des étudiants internationaux !

Stefan Seiler