• Actualités
  • International
  • Témoignages
Publié le

Alumni Day – Continent africain : Portrait de Yohannes, alumni de la promo 2021 et ingénieur travaux en Côte d’Ivoire

Dans cette page :


Dans le cadre de l’Alumni Day, Journée Mondiale des Alumni, CESI pose ses valises à Abidjan en Côte d’Ivoire afin de rencontrer Yohannes, alumni de la promo 2021 du campus d’Arras et ingénieur travaux.

Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur généraliste en apprentissage, Yohannes a construit sa carrière professionnelle dans le bâtiment en France durant trois ans. De Lille à Paris en passant par Le Mans, l’alumni a occupé les postes de chargé d’études et ingénieur travaux.

C’est durant sa formation à CESI que Yohannes entend parler pour la première du volontariat international (VIE) : « Ayant très envie d’aller travailler à l’étranger, j’avais en tête trois destinations : la Côte d’Ivoire, les États-Unis et le Brésil. À cette époque-là, les offres pour les États-Unis n’étaient pas encore ouvertes à cause du Covid, et la barrière de langue au Brésil rendait le processus plus compliqué. Ces contraintes ont orienté mon choix vers la Côte d’Ivoire. Et je ne regrette pas du tout cette décision ! », explique Yohannes.

La Côte d’Ivoire, un environnement très familier

D’origine ivoirienne, Yohannes n’a pas eu à faire face aux obstacles habituels rencontrés par les expatriés : « Étant d’origine ivoirienne, je connais très bien ce pays ! Cela n’a pas été une difficulté pour moi de m’intégrer car j’avais déjà des proches et des amis sur place », indique l’alumni.

Actuellement en VIE dans une entreprise française, Yohannes n’a pas perçu de différences flagrantes entre le monde de l’ingénierie français et sa version ivoirienne : « En termes de missions et d’organisation, je retrouve vraiment le même environnement qu’en France. Le travail est un peu plus diversifié qu’en France car nous sommes une entité indépendante, je ne fais pas que de la conduite de travaux mais aussi, de la logistique et de l’importation (…) Néanmoins, je trouve qu’il y a beaucoup plus d’imprévus ici qui décalent les plannings. Ces impondérables m’ont permis d’apprendre à rebondir facilement ».

L’alumni note toutefois une différence entre un poste en CDI en France et un poste en VIE où le niveau de responsabilités est plus élevé : « Au début, cela a été un peu compliqué. La passation avec la personne qui terminait son VIE étant très courte, il y avait beaucoup d’informations à assimiler mais finalement, cela vient très vite ! », ajoute Yohannes.

Culture ivoirienne ou l’art de profiter de l’instant présent

Ayant pu faire ses premières armes dans le nord de la France et à Paris, Yohannes a pu ressentir une réelle différence dans le mode de vie : « Si je peux comparer avec mes expériences passées en France, je trouve qu’ici, nous pouvons plus profiter durant notre vie personnelle, la vie est beaucoup plus agréable ! Avec la même charge de travail qu’en France, j’ai l’impression de pouvoir passer plus de temps avec mes proches », explique l’alumni.

Une qualité de vie qui incite davantage Yohannes à poursuivre sa carrière d’ingénieur en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui en VIE d’une durée d’un an, l’alumni pourra renouveler son contrat d’une année supplémentaire.

Formation à CESI : un réel apport dans une carrière professionnelle

Aujourd’hui totalement autonome dans ses missions, Yohannes se rend d’autant plus compte de l’impact des compétences acquises à CESI : « CESI m’a beaucoup apporté en organisation et en discipline ! Depuis que je suis très autonome dans mon travail, je mets vraiment en pratique cette méthodologie ».

L’alumni souligne également l’importance des projets en équipe dans son poste actuel :

Travailler en groupe est aussi un élément clé dans mon travail actuellement. Il y a des personnes qui ne sont pas habituées et cela se ressent vraiment dans leur façon de travailler. À CESI, les projets en équipe se font avec tout type de profils, ce qui nous permet de nous adapter beaucoup plus facilement !

Yohannes

En alternance, certaines thématiques étudiées durant la formation ingénieur généraliste ne sont pas forcément appliquées dans les missions de l’étudiant mais peuvent être pertinentes dans leur parcours professionnel futur. Ce que confirme Yohannes : « En formation ingénieur généraliste, on apprend une grande quantité de notions. Je pensais par exemple, que la logistique n’était pas en phase avec ce que je faisais à l’époque. Pourtant aujourd’hui, cette notion est primordiale dans mon métier et je suis très heureux d’avoir pu l’aborder durant ma formation ».

Yohannes est toujours en contact avec certains camarades de promotion qui sont devenus des amis. Il met en avant les grandes forces de ce réseau alumni : « Le réseau alumni de CESI, c’est avant tout, une grande qualité et diversité de profils ! On se retrouve à travailler en équipe avec des personnes de tous horizons et tous milieux sociaux, ce qui nous rend très complémentaires dans notre réflexion ».

Aujourd’hui en poste à Abidjan depuis sept mois, Yohannes envisage de poursuivre sa carrière professionnelle en Côte d’Ivoire.