Responsable méthodes : la coordination et l’optimisation des processus métier au service de la performance de l’entreprise

Publié le

Dans ce témoignage, Jules COTE, Responsable Méthodes, nous explique ses missions, son quotidien et le parcours qui l’a amené à exercer ce métier. Découvrez ci-dessous ses conseils pour vous engager dans cette voie.

Quelle est votre fonction et en quoi consiste votre métier ?

Je suis Responsable Méthodes au sein d’une usine de 300 personnes qui s’occupe de l’assemblage et du montage de cartes électroniques. J’y manage une équipe de 12 personnes (monteurs assembleurs, concepteurs méthodes, techniciens codifications (matériaux et produits finis)).

Avec mes collaborateurs, nous mettons en place la méthode 5S ; une pratique d’optimisation des conditions et de l’environnement de travail des salariés mais également du temps de travail au moyen de l’optimisation du rangement, de la propreté et de la sécurité des postes. Nous déployons également des méthodes de Lean Management. Nous travaillons sur l’étude et la conception de tous les postes de travail pour la conception manuelle et semi manuelle des produits de l’usine. La création des postes de travail, la position du poste, de la machine utilisée… sont l’essence même de notre mission. En résumé, nous définissons qui fait quoi dans la chaîne de production et où – physiquement – dans l’entreprise. Dans le système de production, nous définissons combien d’opérateurs sont nécessaires à un poste de fabrication, par exemple, et combien de temps est nécessaire pour réaliser un produit, ce qui entre directement dans la mise en place du système d’industrialisation.

Par exemple, un client nous envoie la commande d’un prototype. Nous définissons avec lui les quantités dont il a besoin. Le rôle du service méthodes est ensuite de définir sur la journée le nombre de produits qu’il est possible de réaliser, s’il faut augmenter le nombre de postes, les quantités de productions… 

Avec mon équipe, nous nous occupons de la gestion des ressources même si in fine elle est suivie par le service production. Nous définissons, par exemple, l’automatisation par le biais de machines. Nous travaillons notamment avec d’autres services sur les process de réalisation et la production, avec les chefs de projets sur la relation avec le client… Nous faisons le lien entre ces deux services.

En tant que Responsable, je gère les objectifs, les investissements et la feuille de route de l’année. Je m’assure également que les temps des cycles de fabrication des produits dans l’usine sont bien respectés, afin de garantir la productivité. Pour cela, je crée des indicateurs et les mets à jour selon les délais des chantiers et la feuille de route définie pour chacun d’eux.

Une grande partie de mon métier concerne également l’ergonomie au travail, dont je supervise les grands axes pour l’année.

Pourriez-vous nous décrire une journée type ?

Je fais quotidiennement le point avec mon équipe sur les missions, les projets en cours et les difficultés rencontrées. Puis, j’enchaine des réunions sur les nouveaux produits, les entrées dans l’usine… Je fais ensuite des points individuels avec les chefs de projet sur les sujets en cours. 40% de mon activité concernent des missions de management.

Cependant, j’ai également une mission de chef de projet. Je gère, par exemple, la dématérialisation des documents papier de l’entreprise. Pour cela, je m’entretiens avec les différents acteurs du projet, mène et distribue des actions dans des délais impartis.

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?

L’aspect humain, les échanges avec les équipes sont une des composantes de mon métier que j’aime le plus mais suivre et atteindre mes objectifs est également un aspect qui me plait. De plus, la communication avec mon équipe est un point essentiel de mon activité.

Qu’aimez-vous le moins dans votre métier ?

Chaque projet revêt des dimensions différentes et il faut savoir adapter des solutions qui conviennent à tous. Par exemple, sur le sujet de l’ergonomie au poste, il n’y a pas de modèle unique. Chacun peut avoir une définition précise de ce qui convient le mieux. Il faut souvent faire des compromis, ce qui est parfois compliqué.  Cependant, une fois l’ergonomie établie, il faut pouvoir faire adhérer tous les salariés concernés au changement et il n’est pas rare que je me retrouve face à des réticences. Il y a une forme d’inertie autour de certains projets.

Selon vous, quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

L’important en tant que Responsable est d’avoir du leadership pour accompagner son équipe dans les projets et les faire adhérer aux décisions qui sont prises.

D’un point de vue plus individuel, il faut savoir faire preuve de curiosité et ne pas s’en tenir à ce qu’on fait au quotidien, aux standards afin de réussir à bouger les lignes établies.

Enfin, je dirais en dernier point que ce poste nécessite de l’organisation ; de l’organisation pour gérer tous les chantiers en même temps, et notamment les dépenses et budgets de suivi et de clôture des projets, sans se laisser déborder par la multitude de missions de début d’année.

Comment êtes-vous arrivé à votre poste actuel ? Quelle a été votre évolution et votre parcours de formation ?

J’ai plutôt un parcours atypique. Au départ, j’étais apprenti ingénieur Méthodes dans le secteur pharmaceutique. À la fin de mon alternance, j’ai débuté dans une startup d’impression 3D en région parisienne. Je suis ensuite passé Responsable Production de nuit dans le groupe All Circuit à Orléans. A ce moment-là, je gérais près de 80 personnes ; tous corps de métier de l’usine d’assemblage confondus.

Puis, j’ai postulé à une offre interne de Responsable Méthodes. J’avais naturellement cette appétence pour le management depuis ma formation. Côté « Méthodes », je n’avais que des notions théoriques car ma spécialisation était plutôt liée à la mécanique et la production mais j’étais déjà familier de la fonction de service support (Flux d’atelier / implémentation des machines…) grâce à mon expérience.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

Je conseillerais aux personnes qui souhaitent se spécialiser en « Méthodes » d’acquérir une première expérience en production afin de bien comprendre les problématiques et les rouages d’une usine. L’expérience du secteur est également importante car il faut pouvoir comprendre et gérer toute la chaine de production. Dans ce type de métier, les clients sont internes. Il faut savoir mettre à disposition de la production des solutions, sans imposer ; apprendre à proposer. C’est pourquoi le sens du service est tout aussi important. Pour progresser dans cette fonction, il faut également avoir de l’ambition et la culture de la formation continue pour sans cesse se renouveler.